Ce portail ne gère pas les cookies profilage, mais utilise l'authentification par cookie pour des raisons techniques, la navigation et d'autres fonctions. Parcourir, vous acceptez de recevoir des cookies sur votre appareil. Voir l'information à l'échelle
Italien English Français Portugais Espagnol

1 - L’UNESCO ET LA PROTECTION INTERNATIONALE DU PATRIMOINE CULTUREL

  • Auteur: PROF. PIER LUIGI PETRILLO

L’UNESCO et la protection internationale du Patrimoine culturel. Qu’est-ce qu’est l’UNESCO ? Quelles sont les conventions, les activités, les programmes, les initiatives qui constituent cette agence des Nations Unis ? Le mot UNESCO est composé de « UN » pour « Nations Unies », du « O » final pour « Organisation », mais le cœur de métier de cette organisation des Nations Unies se trouve dans les lettres « ESC » qui nous disent « E » comme « Education », « S » comme « science » et « C » comme « culture », et donc l'éducation, la science, la culture. Cette organisation des Nations Unies a été fondée après la Seconde Guerre mondiale en 1945, et rassemble 193 pays, plus 7 États associés, c’est-à-dire des pays souverains qui ne possèdent pas encore le statut d'Etat membre. Les principaux objectifs de cette agence des Nations Unis est de protéger et de promouvoir la culture et la diversité culturelle dans le monde ; affirmer les principes liés à la biologie, à la science de la vie, à la science de la terre et d'éduquer les jeunes générations au respect de la paix, des droits humains, des traditions, des cultures différentes. Les terrains d'action de l'UNESCO, ainsi, sont au nombre de cinq : éducation, culture, sciences naturelles, sciences humaines et sociales (en particulier les actions pour la promotion des valeurs liées à la démocratie), la communication et l'information.
Dans ce cours, consacré à la Diète méditerranéenne, ce qui compte, c’est le secteur de la culture. Dans le secteur culturel, l’agence des Nations Unies s’occupe particulièrement, mais pas exclusivement, du Patrimoine matériel et du Patrimoine immatériel, à savoir le Patrimoine culturel matériel tangible, qui se touche (comme le Colisée) et du Patrimoine culturel immatériel, c’est à-dire les traditions, les arts, l'artisanat, tout ce que l’on ne peut pas toucher mais qui appartient à l'identité d'une communauté et d'un territoire. Dans le cadre du Patrimoine Matériel, la Convention UNESCO de 1972 sur la protection du patrimoine mondial culturel et naturel de l’humanité est probablement la convention la plus célèbre de toutes, c’est celle des sites UNESCO, du Colisée à la cathédrale de Milan et aux chutes du Niagara : c’est la Convention qui protège le Patrimoine culturel dans sa dimension matérielle. La seconde convention, beaucoup plus récente car elle date de 2003, sauvegarde plutôt le Patrimoine culturel immatériel de l'humanité.
La première convention de 1972 compte actuellement 51 sites inscrits en Italie et c’est une convention « globale » qui rassemble plus de 180 États et qui fonctionne à travers des réunions annuelles de l'Organe exécutif : chaque année, l’organe de gouvernement de cette convention décide quel site, quel Patrimoine culturel matériel a besoin d’être protégé au sein de l'UNESCO et a droit à la reconnaissance de l'UNESCO. Les sites excellents par définition, les sites de « l'extraordinaire beauté », les sites du patrimoine de l’humanité, sont identifiés par un logo spécifique. L’Italie dispose de 51 sites qui ont obtenu cette reconnaissance : c’est le premier pays dans le monde en terme de sites ayant obtenu la reconnaissance de l'UNESCO. La reconnaissance peut être donnée soit au Patrimoine matériel de type culturel au sens strict ou patrimoine culturel naturel. Avec la première catégorie, patrimoine culturel au sens strict, on entend les monuments, les groupes d’édifices, les sites de valeur historique, esthétique, archéologique, scientifique, ethnologique, anthropologique, mais aussi les paysages culturels, les paysages agricoles et viticoles. L’avant-dernier site que l'Italie a inscrit est justement un paysage viticole, ce sont les Langhe Roero et Monferrato : pour la première fois en 2013, l'UNESCO a reconnu un paysage viticole italien comme Patrimoine de l’humanité. Pour « patrimoine naturel » on entend ces sites caractérisés par des spécificités physiques, biologiques, géologiques, d’un habitat d’espèces animales et végétales de valeur exceptionnelle, uniques au monde. L'Italie a inscrit dans cette catégorie, par exemple, les Dolomites et les îles Éoliennes. La deuxième convention, l'une dédiée au Patrimoine immatériel, plus récente car née en 2003 et ratifiée par l'Italie en 2007, couvre toutes les pratiques, les traditions, les connaissances, le savoir-faire que l’on ne peut pas toucher.


Meddiet - Le portail de la diète méditerranéenne "est un projet de l'Université de Rome La Sapienza Unitelma Projet réalisé avec la contribution du ministère de l'agriculture et des forêts -.. Le décret ministériel n Of 93824 30 2014 Décembre.

Viale Regina Elena, 295 - 00161 Rome
Tél. 06-81100288 Fax 06-6792048
PI 08134851008
Politique de confidentialité