Ce portail ne gère pas les cookies profilage, mais utilise l'authentification par cookie pour des raisons techniques, la navigation et d'autres fonctions. Parcourir, vous acceptez de recevoir des cookies sur votre appareil. Voir l'information à l'échelle
Italian En anglais en français Portuguese Spanish

6 - LE RÔLE DES COMMUNAUTES DANS LA CONVENTION POUR LA SAUVEGARDE DU PATRIMOINE IMMATERIEL

  • Auteur: DOTT. ALESSANDRO ZAGARELLA

La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO donne la définition suivante de la communauté emblématique : « les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus qui créent, entretiennent et transmettent le patrimoine culturel ». L'élément clé de cette définition est la reconnaissance, par des groupes et des individus, de l'élément culturel comme propre élément identitaire, tant du point de vue culturel que du point de vue social, et la collaboration pour la transmission de l'élément de génération en génération. Des exemples de communautés sont les municipalités, les collectivités territoriales, les associations locales visant à transmettre, valoriser et protéger un élément culturel déterminé ; les centres de recherche impliqués dans l'identification et le catalogage ainsi que dans la formation en rapport à l’élément culturel ; les détenteurs individuels de la pratique.
On a largement débattu sur le rôle des communautés. C’est le rapport de l'organe subsidiaire du Comité intergouvernemental de Bali en 2011 qui en donne une définition spécifique : « les communautés sont au centre de chacun des cinq critères pour l’inscription dans les Listes de l'UNESCO. Celles-ci doivent collaborer activement à tous les niveaux du processus de la candidature, en particulier à celui de l'identification de l’élément et de la conception des mesures de sauvegarde, non seulement comme destinataires et bénéficiaires de ces mesures, mais aussi comme leurs initiateurs et développeurs. » Le rapport montre que les collectivités ont un rôle clé dans toutes les phases de la candidature, dans la mise en œuvre des mesures de sauvegarde et dans l’ensemble des cinq critères exigés par l'UNESCO pour l’inscription de l'élément dans la Liste représentative de sauvegarde urgente.
En premier lieu (critère 1), les communautés doivent collaborer activement lors de la rédaction du dossier de candidature pour identifier l'élément : ce sont les communautés qui doivent fournir le contenu pour les fonctions sociales et culturelles que l'élément culturel joue en leur sein, pour les modalités de transmission de génération en génération et pour identifier quels sont les rôles spécifiques de chaque individu de la communauté par rapport à cet élément culturel.
De plus, (critère 2), les communautés deviennent les vecteurs du dialogue interculturel qui débutent à partir de ceux connaissant cet élément culturel en tant que propre identité. De cette façon, les communautés deviennent le point focal pour atteindre l'objectif de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO, c’est-à-dire le dialogue entre les peuples.
De cette façon, les communautés (Critère 3) ne représentent pas seulement un objet, mais l'objet de mesures de sauvegarde. Celles-ci doivent en effet collaborer de manière proactive dans la définition des mesures les plus appropriées pour sauvegarder cet élément culturel particulier et doivent coopérer activement pour mettre en œuvre, avec l'Etat, ces mesures spécifiques finalisées pour valoriser et protéger l'élément culturel.
Les communautés deviennent ensuite les protagonistes (critère 4) dans le témoignage du consensus : les communautés doivent identifier quelle a été leur contribution tout au long du processus de candidature et les justifier à travers des actes concrets comme des lettres, des vidéos ou des éléments matériels directement liés à l’élément candidat.
Enfin (critère 5), les collectivités deviennent l'acteur principal pour demander l'inscription dans le registre national ou local des pratiques culturelles immatérielles ou encore pour créer des inventaires participatifs, devenant ainsi l’acteur clé du catalogage et de l'identification du propre patrimoine culturel.


Meddiet - Le portail de la diète méditerranéenne "est un projet de l'Université de Rome La Sapienza Unitelma Projet réalisé avec la contribution du ministère de l'agriculture et des forêts -.. Le décret ministériel n Of 93824 30 2014 Décembre.

Viale Regina Elena, 295 - 00161 Rome
Tél. 06-81100288 Fax 06-6792048
PI 08134851008